« Lunettes pour Tous » casse les codes du marché de l’optique

Lunettes pour Tous

Paul Morlet, jeune entrepreneur, a créé, avec Lunettes pour tous, l’idée générale de l’opticien low cost. C’est son pari fou, qui veut populariser les lunettes de vue en offrant des paires à 10 euros pendant seulement 10 minutes. Il obtient des tarifs en moyenne 10 fois moins élevés grâce à ses volumes de ventes supérieurs. L’entreprise enregistre un essor à deux chiffres chaque mois. La différence de ses méthodes et ses prix  avec les autres réseaux d’opticiens classiques se dénombre en multiple de 10 même de vingt. Comment expliquer cette réussite de l’entreprise Lunettes pour tous ?   

Xavier Niel, l’associé de Paul Morlet

L’aventure de Lunettes pour tous de paul morlet a commencé par sa rencontre avec Xavier Niel. Ce dernier lui a soutenu un capital très important pour mettre en œuvre leurs projets ensemble. Pour Paul Morlet, c’est n’était pas sa première expérience du jeune entrepreneur. Dès ses 20 ans, il avait déjà déclenché sa propre marque de lunettes appelée Lulu Frenchie, à Lyon. Il marche donc dans la foulée de Xavier Niel pour trouver écho et denier à côté du magnat des télécoms. Ce bailleur de fonds s’engage à accorder une aide financière au projet au niveau de plusieurs millions d’euros. La seule condition qu’il impose c’est que les clients doivent avoir la possibilité de repartir directement en portant leurs lunettes. Cette idée a challengé le jeune entrepreneur, alors il fonce et établit un système de production rapide et optimisé. Cela est possible grâce à un lourd mécanisme informatique qui prend les dimensions optiques des clients et les envoyer ensuite à la robuste machine japonaise rénovée informatiquement. Elles ont la capacité de découper les verres à la demande et de produire jusqu’à 50 montures chaque jour. Ainsi, Paul Morlet a inventé une véritable mini-usine dans le sous-sol des magasins. Veuillez visiter www.lacombinaison.fr pour plus d’information.

Le principe du jeune entrepreneur

Le jeune entrepreneur a son propre principe pour avancer dans le projet de Lunettes pour tous. Paul Morlet management consiste à prendre une marge normale à grande distance de ce qu’exerce encore la profession. Il constate que le problème dans le marché de l’optique c’est que les opticiens établirent leur prix selon le niveau de remboursement des mutuelles. Pourtant, cela n’a qu’un résultat : amener les prix vers le haut. Même si l’enseigne Lunettes pour tous réduire sérieusement sa marge, elle ne pourrait pas bousculer le marché de cette manière sans avoir réexaminé en profondeur la structuration de la vente de lunettes. Dans chaque magasin, les clients peuvent se faire fabriquer des lunettes en environ 30 minutes, en commençant par un examen ophtalmologique gratuit. Cela évite la période de onze mois d’attente pour obtenir un rendez-vous chez votre ophtalmologue. Si le client présente déjà une ordonnance, l’achat des lunettes peut réussir en quinze minutes. Effectivement, sur place, un robot à découpage ultra-précis va couper le verre en direct en face du client. De plus, cette fabrication de lunettes obtient des remises sur leurs achats de verres, car elle dispose un important volume de ventes.   

Lunette pour tous casse les codes du marché de l’optique

Lunettes pour tous démarre en bousculant les codes et les prix du marché de l’optique. Son concept consiste à proposer des lunettes à prix moyen plus de 10 fois moins élevé que chez les opticiens classiques. Chez eux, une paire de lunettes coûte environ 400 euros à 480 euros, par contre, chez Lunettes pour tous le prix se gradue de 10 à 150 euros. En général, le tout est de gérer une marge de 50% brute. L’entrepreneur peut établir un tel prix tout en misant sur les volumes. Ses trois boutiques installées à Paris, Marseille et Lyon fabriquent chaque jour plus 500 paires et vendent quotidiennement chacune 250 paires. En effet, c’est près de 100 fois que le volume en cours d’un opticien traditionnel. Selon l’étude de l’UFC, un opticien ne distribue que 2,8 en moyenne. L’enseigne de paul morlet a vendu plus de 110000 lunettes, depuis son ouverture. Il enregistre en effet une croissance de 10% chaque mois.  

Une méthode marketing sur mesure

Après la réussite de sa propre marque de lunettes Lulu Frenchie, Paul Morlet a décidé de prendre un plus grand défi. Il réalise en échangeant avec un cadre d’Essilor le véritable prix des verres ainsi que la marge colossale que dégorgent les fabricants des verres et les distributeurs. Le jeune entrepreneur conclure donc d’en faire son business. Pour pouvoir réaliser une politique tarifaire différente des autres, il s’est aussi affranchi des marques en inventant les siennes pour les verres et les montures. Ainsi, il peut maîtriser réellement leurs coûts et de changer, à sa façon, ses collections en quelques jours. Paul Morlet management envisage également de mettre en route son activité sur internet et de se développer à d’autres agglomérations de France. Son principal objectif est de s’installer dans les villes assez grandes pour s’assurer le mouvement nécessaire aux ambitions de ventes.     

Quelles sont les difficultés d’une acquisition d’entreprise ?
Création de franchise : profitez d’un annuaire en ligne